Labels

SUPPORT JULIAN ASSANGE

Friday, February 7, 2014

Le comité des Nations Unies accuse le Vatican à propos des abus sexuels, de l’avortement.

Parution le 5 février 2014 à 10 h10 sur yahoo. (AP – Associated Press)

                   
Par Nicole Winfield



Kirsten Sandberg, au centre, présidente du comité des droits de l’homme des Nations Unies en discussion avec les membres du comité, Maria Herczog, à droite, et Benyam Mezmur durant la conférence de presse au siège des Nations Unies à Genève, en Suisse, mercredi, 5 février 2014.  (Illustration de la photo)



LA CITE DU VATICAN – (AP)
Le Vatican a «systématiquement » adopté des politiques permettant à des prêtres de violer et d’agresser sexuellement des dizaines de milliers d’enfants pendant des décennies, selon une communication faite mercredi par le comité des droits de l’homme des Nations Unies qui presse le Saint Siège d’ouvrir ses dossiers sur les prêtres pédophiles et les évêques qui ont dissimulé leurs crimes.

Dans un rapport accablant salué par les victimes d’abus sexuels, le comité des Nations Unies a sévèrement critiqué le Saint Siège pour ses attitudes envers l’homosexualité, la contraception et l’avortement et dit qu’il devrait modifier son propre droit canon pour assurer que les droits des enfants et leur accès aux soins de santé soient garantis.


Le Vatican a immédiatement fait objection et son ambassadeur à l’ONU a accusé le comité d’avoir trahi les propres objectifs de l’organisation internationale en se soumettant à l’influence d’idéologues pro-homosexuels. Il dit qu’apparemment le comité n’avait tout simplement pas écouté lorsque le Saint Siège avait présenté toutes les mesures qui avaient été prises pour protéger les enfants.

Le rapport, qui a surpris le Vatican par son ton brutal, met à nouveau la pression sur le Pape François pour qu’il évolue sur le dossier des abus et tienne les engagements de créer une commission du Vatican pour étudier l’abus sexuel et recommander les meilleures pratiques pour le combattre. La commission a été annoncée en Décembre, mais peu de détails ont été communiqués depuis.

Le comité a remis ses recommandations après avoir soumis le Saint Siège à un interrogatoire d’une journée entière le mois dernier,  sur sa mise en œuvre de la Convention des Droits de l’Enfant des Nations Unies, le traité majeur des Nations Unies sur la protection de l’enfance, que le Saint Siège a ratifiée en 1990.
D’une manière critique, le comité a rejeté le vieil argument du Vatican qu’il ne contrôle pas ses évêques ou ses prêtres violeurs, en disant que le Saint Siège était responsable de l’exécution du traité non seulement dans la Cité-Etat du Vatican mais partout  dans le  monde « en tant que pouvoir suprême de l’Eglise catholique par l’intermédiaire d’individus et d’institutions placés sous son autorité ».

Dans son rapport, le comité a stigmatisé « la loi du silence » qui a longtemps été utilisée pour contraindre les victimes au silence, en indiquant que le Saint Siège avait systématiquement placé la réputation de l’église et des agresseurs présumés au- dessus de la protection des enfants victimes. Il a appelé le Saint Siège à indemniser  toutes les victimes et de tenir pour responsables non seulement les violeurs, mais aussi ceux qui ont couvert leurs crimes.

« Le comité est gravement préoccupé par le fait que le Saint Siège n’ait  pas reconnu  l’étendue des crimes commis, qu’il  n’ait  pas pris les mesures nécessaires pour s’occuper des cas d’abus sexuels sur les enfants  afin de les protéger, et ait adopté des politiques et des pratiques qui ont mené à la continuation des abus sexuels par, et à l’impunité des, auteurs », dit le rapport.

Il appelle François, via la commission en création, à mener une enquête  indépendante  sur tous les cas d’abus sexuels par les prêtres et sur la façon dont la hiérarchie catholique y a répondu dans le passé, et presse le Saint Siège d’établir des règles claires sur l’obligation de transmission des rapports sur les abus à la police et de soutenir les lois qui permettent aux victimes de rapporter des crimes, même après que les délais de prescriptions aient expiré.

Aucun évêque catholique n’a jamais été sanctionné par le Vatican pour avoir protégé un prêtre ayant commis des abus, et ce n’est qu’en 2010 que le Saint Siège a imposé aux évêques de dénoncer les auteurs à la police lorsque l’application de la loi l’exigeait. Les officiels du Vatican ont reconnu que cette responsabilité épiscopale demeure un problème majeur tout en indiquant  que sous François, les choses devraient changer.

Les recommandations du comité ne sont pas contraignantes et il n’y a pas de mécanisme d’exécution. Au lieu de cela, l’ONU a demandé au Vatican d’appliquer les nouvelles recommandations et de préparer un rapport pour 2017.  Le Vatican est déjà en retard de quatorze ans pour la remise du rapport le plus récent.

 Ce comité est composé d'experts indépendants, et non d’autres Etats membres de l'ONU – ce qui est le cas du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, plus important et souvent plus politique, qui siège également à Genève. Le Comité des Droits de l’Enfant est l’un des 10 organismes de l’ONU qui surveille l‘application des traités des Droits de l’Homme aux Nations Unies, et ses 18 membres comprennent des universitaires, des sociologues et des spécialistes du développement de l’enfant, venant du monde entier.

L’archevêque Silvano Tomasi, qui dirigeait la délégation du Vatican à la session du 16 janvier à Genève, a été clairement décontenancé par le ton acerbe du rapport.

« Il semble que le document ait été préparé avant la réunion du comité,  au cours de laquelle le Vatican a donné des réponses détaillées sur différents points qui ne sont pas abordés dans le document final ou ne semblent pas avoir été pris en considération, » a-t-il dit à Radio Vatican.

Tandis que l’essentiel de l’attention s’est concentrée sur les abus sexuels sur l’enfant, les recommandations du comité se sont étendues bien au-delà, sur des questions concernant la discrimination contre les enfants et leurs droits à des soins de santé adéquats, sujets qui touchent au cœur des enseignements de l’église concernant la morale de la vie et de la sexualité.

Le comité par exemple, a sommé le Vatican d’amender son droit canon pour identifier les conditions d‘accès à l’avortement, afin qu’il puisse être autorisé aux enfants, comme le fait de sauver la vie d’une jeune mère. Il a pressé le Saint Siège de s’assurer que l’éducation sexuelle, y compris l’accès à l‘information au sujet de la contraception et de la prévention du VIH, soit obligatoire dans les écoles catholiques. Il a appelé le Saint Siège à user de son autorité morale pour condamner la discrimination contre les enfants d’homosexuels, ou les enfants élevés par des couples de même sexe.

L’église enseigne que la vie commence à la conception. Le Vatican, qui s’oppose de ce fait à l’avortement et à la contraception artificielle, appelle au respect des homosexuels, mais considère les actes homosexuels comme « étant intrinsèquement pathologiques ». Le Vatican a tout un historique de confrontations diplomatiques avec les Nations Unies sur de tels sujets.

Tomasi a dit que l’appel à reconsidérer l’avortement allait à l’encontre des objectifs mêmes du traité des Nations Unies de protection de la vie de l’enfant  avant et après la naissance, et il a accusé les groupes de soutien aux droits des pro-homosexuels et du mariage homosexuel d’avoir « appuyé une ligne idéologique » du comité.

Benyam Mezmur, un membre du comité et universitaire éthiopien sur les droits légaux des enfants, a rejeté de telles accusations et a dit que le rapport du comité était équilibré  et qu’il avait simplement pour objectif de s’assurer de l’application du traité.

« Le Comité des Droits de l’Enfant n’est pas sur la ligne de dire « Bien dit » ! Mais sur la ligne de dire « Bien fait » ! Nous voulons des mesures concrètes, a-t-il déclaré dans une interview téléphonique depuis Genève.

Austen Ivereigh, coordinateur de Voix Catholiques, un groupe de défense de l’église » a dit du rapport que c’était « un étalage choquant d’ignorance et d’autoritarisme ».

Il a dit qu’il avait manqué de reconnaître les progrès qui avaient été faits ces dernières années et que l’Eglise catholique est en maints endroits considérée à présent comme un leader dans la sauvegarde des enfants. Et il a noté que le comité semblait incapable de saisir la distinction entre les responsabilités et la juridiction du Saint Siège, et celles des églises locales sur le terrain.

« Il ne tient aucun compte des particularités du Saint Siege, le traitant comme s’il était le siège social d’une entreprise multinationale » a-t-il dit dans un courriel.

Mais les groupes de victimes ont salué le rapport comme un rappel à destination des fonctionnaires de police laïcs pour enquêter sur les abus et toute dissimulation, et à poursuivre en justice la hiérarchie ecclésiastique qui continue de protéger les prêtres prédateurs.

« Ce rapport redonne de l‘espoir à des centaines de milliers de victimes profondément blessées et souffrant toujours d’abus sexuels par le clergé dans le monde » a déclaré Barbara Blaine, présidente du principal groupe de victimes américaines SNAP. C’est maintenant aux fonctionnaires laïcs de suivre les directives des Nations Unies et d’intervenir pour protéger les personnes vulnérables parce que les fonctionnaires catholiques sont soit incapables soit réticents à le faire. »  
       
 Suivre Nicole Winfield at. www.twitter.com/nwinfield

 Traduit en français par Isabelle & Patrick 


Post a Comment

assange



At midday on Friday 5 February, 2016 Julian Assange, John Jones QC, Melinda Taylor, Jennifer Robinson and Baltasar Garzon will be speaking at a press conference at the Frontline Club on the decision made by the UN Working Group on Arbitrary Detention on the Assange case.

xmas





the way we live

MAN


THE ENTIRE 14:02' INTERVIEW IS AVAILABLE AT

RC



info@exopoliticsportugal.com

BJ 2 FEV


http://benjaminfulfordtranslations.blogspot.pt/


UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00h UTC


By choosing to educate ourselves and to spread the word, we can and will build a brighter future.

bj


Report 26:01:2015

BRAZILIAN

CHINESE

CROATIAN

CZECK

ENGLISH

FRENCH

GREEK

GERMAN

ITALIAN

JAPANESE

PORTUGUESE

SPANISH

UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT


BENJAMIN FULFORD -- jan 19





UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT

PressTV News Videos